Valves


Appelée aussi pompe de gavage dans le cas des moteurs diesel, cette pompe est électrique et fonctionne uniquement lorsque le moteur tourne. Elle est vissée sur la partie supérieure du réservoir et ainsi directement immergée dans le carburant. Alimentée par un circuit électrique 12 volts, elle pompe le carburant grâce à un système de rouleaux et l’envoie ensuite aux injecteurs ou à une rampe commune. La pression en sortie de pompe est variable suivant les voitures et varie autour de 3 bars. Cette pression est régulée par la pompe et un clapet de sécurité permet de ne pas dépasser une pression maximale, d’environ 10 bars.
La pompe de gavage ne nécessite pas d’entretien. Elle est naturellement lubrifiée par le carburant mais son moteur électrique et le régulateur de pression peuvent montrer des signes de fatigue au fil du temps. En cas de problème, le moteur sera donc mal alimenté en carburant. Ce qui pourra se traduire par des à-coups, une difficulté à démarrer, des arrêts intempestifs ou, plus rare, un bruit provenant du réservoir.


Quel est le rôle de votre pompe à carburant ?

La pompe à carburant est un élément essentiel du système de carburant. Elle est à l’origine du cycle moteur car c’est elle qui fait circuler le carburant. Elle est entraînée par l’intermédiaire d’un relais, activé par le calculateur. Elle injecte dans le tuyau de carburant un niveau d’essence légèrement supérieur aux besoins initiaux. Ce niveau est également uniforme quelle que soit la vitesse, et c’est un régulateur de pression qui réinjecte le surplus dans le circuit afin de réguler l’utilisation du carburant. Enfin, une pompe haute pression maintient la pression lors de l’arrêt du véhicule, dans le but d’éviter les entrées d’air et l’évaporation de l’essence.

Quand changer votre pompe à carburant ?

La pompe à carburant peut montrer des signes de faiblesse dans les cas suivant : – difficultés au démarrage, possibilité de caler- à-coups lors de la conduite ou en fonctionnant de façon erratique- panne malgré un niveau d’essence suffisantLe défaut peut venir du relais de pompe à carburant, c’est pourquoi il est indispensable de vérifier l’état du relais avant de décider de changer la pompe.

Pourquoi changer votre pompe à carburant ?

La pompe à carburant est indispensable au fonctionnement du véhicule car c’est elle qui injecte le carburant du réservoir au moteur. Un défaut peut entraîner des désagréments majeurs tels que des fuites ou une panne.
Aussi connu comme :prépompe⋅ pompe diesel ⋅ pompe à gazole ⋅ pompe à gasoil


Quel est le rôle de votre injecteur ?

L’injecteur est une pièce fondamentale dont le rôle consiste à injecter et à pulvériser le carburant sous pression dans la chambre de combustion. La quantité de carburant introduite dans la chambre varie afin d’obtenir le mélange carburant/air le plus homogène possible et d’optimiser le rendement du moteur. Pour les moteurs à injection électronique, c’est le calculateur qui détermine le temps d’ouverture des injecteurs selon les différents paramètres mesurés. Lorsqu’il se soulève de son siège, le carburant pénètre dans la chambre thermique et est pulvérisé en fines gouttelettes. Il existe plusieurs types d’injecteurs tels que le type solénoïde (le plus utilisé) et le type piézoélectrique.

Quand changer votre injecteur ?

Il arrive parfois que la buse, un des composants de l’injecteur, se colmate avec le temps. Ce colmatage peut entraîner une restriction asymptomatique à bas régime mais qui, à haut régime, ne passera pas inaperçue et risque d’entraîner une surchauffe du moteur. D’autres signes doivent attirer votre attention, par exemple des taches de carburant autour des injecteurs dues à un défaut d’étanchéité, une perte de puissance ou une surconsommation. Au moindre symptôme, faites réviser son état de fonctionnement.

Pourquoi changer votre injecteur ?

L’injecteur a la tâche délicate d’introduire dans la chambre la quantité exacte de carburant nécessaire à la combustion. S’il est défectueux, la quantité introduite ne sera plus optimale et le mélange carburant/air nécessaire à la combustion ne sera pas homogène. Les conséquences ne tarderont guère à se faire sentir. Vous constaterez une perte de puissance (en particulier pendant l’accélération) et une consommation excessive de carburant. Pour votre moteur et votre confort de conduite, ne négligez pas cet élément important.


L’ensemble préfiltre, a pour fonction de séparer l’eau du carburant et d’éliminer les résidus qui y sont présents, les empêchant d’être aspirés vers le moteur et provoquant des problèmes d’oxydation, de corrosion et de cavitation dans les cylindres.
Il est recommandé pour les groupes électrogènes avec de longues périodes d’inactivité et pour les endroits où le carburant disponible est de mauvaise qualité, ou mélangé avec d’autres composants, car ceux-ci peuvent affecter les performances de l’équipement.
Son utilisation améliore ainsi les performances du moteur et prolonge sa durée de vie utile et celle des éléments constitutifs du circuit de carburant.
En plus d’utiliser le préfiltre, il est également nécessaire de vérifier périodiquement son état pour s’assurer qu’il continue de remplir correctement sa fonction. Au fil du temps, il sera nécessaire de le nettoyer ou même de le remplacer,


Quel est le rôle de votre bobine d’allumage ?

La bobine d’allumage a pour rôle de fournir l’allumage et de participer à la combustion. Reliée à la bougie d’allumage, elle déclenche l’étincelle de la bougie par induction magnétique. L’enroulement basse tension (12 V) délivre une énergie magnétique à un second enroulement haute tension (environ 40 000 volts) suffisant pour produire l’étincelle et déclencher l’inflammation air/essence. Il existe plusieurs types de bobine selon le montage : la bougie est directement en contact avec la bobine, un fil relie les deux éléments, ou sur les plus anciens systèmes d’allumage, un ensemble doigt et tête fait la connexion.

Quand changer votre bobine d’allumage ?

Lorsque le véhicule perd en puissance de manière significative ou émet des gaz d’échappement noirs, la ou les bobines d’allumage peuvent être en cause. La perte de puissance peut se traduire par une conduite par à-coups ou par des difficultés d’accélération accompagnées de bruits intempestifs. Une valise électronique peut permettre d’effectuer un contrôle et déterminer la présence d’une défaillance. Aussi, de manière binaire, soit une bobine fonctionne parfaitement, soit elle est complètement hors service. Ainsi, un fonctionnement capricieux (attente du refroidissement moteur par ex.) indique qu’il existe plusieurs bobines et que certaines sont hors service.

Pourquoi changer votre bobine d’allumage ?

La bobine est responsable de l’allumage et de la combustion moteur. Il n’y a pas de demi-mesure quant à son fonctionnement car un véhicule équipé que d’une seule bobine ne démarrera pas si celle-ci est défaillante. Un véhicule équipé de plusieurs bobines démarrera difficilement et aura des problèmes d’accélération si au moins l’une d’entre elles est défaillante. Cela entravera la conduite, ce qui peut représenter un danger et même endommager voire détruire le catalyseur quand le véhicule en est équipé.


Quel est le rôle de votre bougie d’allumage ?

Les bougies d’allumage permettent l’inflammation du mélange air/essence des voitures à moteur à essence. La bobine alimente, parfois par l’intermédiaire de fils d’allumage (ou faisceau d’allumage), en courant les bougies qui produisent les étincelles nécessaires à la combustion. Elles se vissent dans la culasse située dans la partie supérieure du moteur. Une extrémité demeure visible tandis que l’autre est dans la chambre de combustion.

Quand changer votre bougie d’allumage ?

Généralement, les constructeurs recommandent la vérification des bougies d’allumage environ tous les 30 000 km. Cela ne veut pas nécessairement dire que vous devrez les remplacer, certaines bougies se changent uniquement tous les 120 000 km. Il ne faut pas négliger leur vérification non seulement parce qu’il s’agit d’une pièce centrale du moteur, mais aussi parce qu’elle risque de provoquer la détérioration du pot catalytique. Surtout, pensez à bien tenir compte de l’indice thermique préconisé par le fabricant si vous la changez vous-même.

Pourquoi changer votre bougie d’allumage ?

Une bougie d’allumage en bon état garantit un allumage optimal par tous les temps, y compris lorsque les conditions climatiques sont extrêmes. Si la bougie est perlée, votre voiture commencera à avoir des ratés. Vous remarquerez qu’elle aura perdu en reprise et qu’elle consommera plus que d’habitude. Une bougie défaillante ne préserve plus aussi bien le pot catalytique. Si celui-ci venait à se détériorer, les dégâts occasionnés seraient onéreux et le montant de la facture bien supérieur à celui qu’implique l’installation d’une nouvelle bougie.


Quel est le rôle de votre bougie de préchauffage ?

Si vous conduisez une voiture à moteur diesel, vous aurez peut-être remarqué qu’un voyant en forme de spirale horizontale s’allume et s’éteint au bout de quelques secondes lorsque vous allumez le contact, vous indiquant le délai nécessaire d’attente avant de lancer le démarreur. C’est le boîtier de préchauffage qui est en train de chauffer les bougies. Les bougies de préchauffage sont des pièces essentielles présentent sur la majorité des moteurs diesel, alors que les bougies d’allumage équipent quant à elle les moteurs essences. Leur rôle consiste à préchauffer les chambres de combustion des cylindres du moteur juste avant qu’il ne démarre. Elles fournissent la chaleur nécessaire à la combustion entre le gazole et l’air comprimé (entre 700 et 900ºC). Les moteurs diesel qui disposent de système post-heating ne nécessitent pas de préchauffage.

Quand changer votre bougie de préchauffage ?

La durée de vie d’une bougie de préchauffage n’est pas facile à estimer. Les constructeurs recommandent une vérification environ tous les 120 000 km. Plusieurs facteurs peuvent diminuer la longévité des bougies. Si vous effectuez beaucoup de petits trajets qui impliquent plusieurs démarrages ou si vous roulez dans des conditions climatiques difficiles, elles devront être changées plus tôt. Surtout, pensez à changer toutes les bougies même si certaines vous semblent encore fonctionnelles.

Pourquoi changer votre bougie de préchauffage ?

Le remplacement régulier des bougies de préchauffage est important pour garantir un démarrage optimal de votre moteur quelles que soient les conditions climatiques. En négligeant vos bougies, vous aurez de plus en plus de mal à démarrer (en particulier par temps froid) et le jour où vous vous y attendrez le moins, votre voiture refusera tout simplement de démarrer. Si votre voiture a des difficultés à démarrer ou que votre voyant clignote après le démarrage, n’attendez pas davantage pour les changer.


Quel est le rôle de votre jeu de câble d’allumage ?

Les fils d’allumage ont pour fonction de conduire des impulsions électriques à haute tension de la bobine d’allumage à distributeur jusqu’à chacune des bougies pour la production des étincelles indispensables à la combustion, ou bien, pour des véhicules plus anciens, de la tête d’allumeur connectée à la bobine jusqu’aux bougies. Chaque bougie a donc son fil d’allumage propre. Leur isolation, leur protection antiparasite, ainsi que l’étanchéité des diverses connexions, doivent être parfaites, afin d’empêcher les déperditions de courant et les éventuels courts-circuits, ainsi que les perturbations électromagnétiques dues à la haute tension.

Quand changer votre jeu de câble d’allumage ?

Il est fortement recommandé de changer le jeu de fils d’allumage tous les 60000 à 70000 km. Des ratés, des trous dans l’accélération, des parasites au niveau de la radio, une surconsommation de carburant, peuvent être des signes d’usure prématurée. Toute trace de corrosion au niveau des cosses, fissure dans la gaine du câble, brûlure des capuchons de connexion, sont autant d’alertes qui imposent le remplacement.

Pourquoi changer votre jeu de câble d’allumage ?

Les conséquences d’un jeu de fils d’allumage défectueux sont multiples. Les démarrages deviennent difficiles, voire impossibles. La batterie est sursollicitée et s’use prématurément. Les bougies s’encrassent. La consommation et la pollution augmentent. Les performances du moteur sont altérées. Les perturbations électromagnétiques parasitent la radio et peuvent endommager l’électronique embarquée. N’attendez pas la panne. Un jeu de fils d’allumage se change en quelques minutes.
Aussi connu comme : faisceau d’allumage ⋅ câble d’allumage


Le Capteur de Pression pour Gaz d’Échappement est un Capteur de Pression Différentiel dont la fonction est de mesurer la différence de pression existant dans les gaz d’échappement entre l’entrée et la sortie du filtre à particules ou la pression atmosphérique.

Le Capteur de Pression Différentiel est un élément de plus du système antipollution qu’incorporent les moteurs diésel pour respecter la réglementation européenne sur les émissions polluantes.


Les capteurs ABS (AntilockBraking System) ou capteurs de vitesse de roue, se trouvent dans la frette des roues et détectent la vitesse de rotation de chacune d’elles, puis transfère cette information à l’unité de contrôle du système ABS. Si l’unité de contrôle du système ABS capte qu’il se produit une baisse importante de vitesse sur une ou plusieurs roues, ce qui pourrait provoquer leur blocage, elle intervient rapidement en modulant la pression de freinage de chaque roue individuellement. Ainsi les roues ne se bloquent pas et garantissent un freinage sûr, ce qui permet au conducteur de conserver le contrôle du véhicule.

Le système ABS n’utilise non seulement l’information que lui envoient ses capteurs mais aussi d’autres systèmes, comme la boîte de vitesses, les systèmes de navigation, GPS, le système TCS, ASR (Systèmes de Contrôle de la Traction), les systèmes de contrôle de châssis, le système ESP (Programme Électronique de
Stabilité) ou le contrôle de montée de pentes.

Étant donné le développement constant de ces capteurs, nous pouvons actuellement trouver différentes conceptions en fonction des besoins de précision, taille
et résistance.


Les capteurs de pression sont des capteurs qui détectent la pression d’air dans l’admission du véhicule et la convertissent en un signal électrique qui est envoyé au calculateur afin de régler le mélange stœchiométrique ou mélange air combustible.

L’importance de ces capteurs vient du fait qu’à des altitudes plus élevées que le niveau moyen de la mer, il y a moins d’oxygène dans l’air, ce qui oblige le calculateur à recalculer la quantité de combustible injecté pour toujours maintenir un équilibre entre l’air à l’intérieur du moteur et la quantité de combustible fournie, garantissant ainsi l’émission de polluants dans la norme et la puissance du moteur à n’importe quelle altitude.
Certains modèles de capteurs intègrent un capteur de température de type NTC qui permet au capteur de détecter non seulement la pression, mais aussi la température de l’air d’admission. Cette donnée est nécessaire pour que le calculateur puisse calculer la masse d’air aspiré de manière à régler le mélange air-combustible.

Les capteurs de pression doivent fonctionner dans des conditions de montage critiques, c’est-à-dire, de fonctionner à des températures comprises entre -40°C et +120°C. De plus ils doivent être résistants aux hydrocarbures.


Le capteur PMH, aussi appelé capteur vilebrequin, a pour rôle d’informer le calculateur sur la position des pistons pour que ce dernier puisse calculer le régime moteur et adapter en fonction l’injection de carburant.
Cependant, un moteur fonctionnant en quatre temps (aspiration, compression, explosion et échappement), un piston positionné en point mort haut peut être soit en phase de compression, soit en phase d’échappement selon le cycle de combustion. Pour déterminer cette information, le calculateur s’appuie sur le capteur de l’arbre à cames qui lui fournit cette donnée


Le capteur PMH, aussi appelé capteur vilebrequin, a pour rôle d’informer le calculateur sur la position des pistons pour que ce dernier puisse calculer le régime moteur et adapter en fonction l’injection de carburant.
Cependant, un moteur fonctionnant en quatre temps (aspiration, compression, explosion et échappement), un piston positionné en point mort haut peut être soit en phase de compression, soit en phase d’échappement selon le cycle de combustion. Pour déterminer cette information, le calculateur s’appuie sur le capteur de l’arbre à cames qui lui fournit cette donnée


Les capteurs de Températures d’un véhicules sont des composants qui ont un rôle très important dans le contrôle de la pollution et de la consommation de carburant. La prise en compte de ces informations, associée aux autres contacteurs, permettent au calculateur de paramétrer les données du système d’injection.
Ce capteur monté sur le conduit d’admission d’air enregistre la température de l’air aspiré ; il est alors possible de calculer, en combinaison avec un capteur de pression de sur alimentation, la masse d’air aspirée. En plus, il est possible d’adapter des valeurs théoriques pour les circuits régulateurs (par exemple une réalimentation des gaz d’échappement, une régulation de la pression de sur alimentation) à la température de l’air.
L’amplitude de température de fonctionnement varie de -40ºC à +120ºC.


Le capteur de température du liquide de refroidissement sert au système de gestion de mélange à déterminer la température de fonctionnement du moteur. En fonction des informations du capteur, le calculateur adapte le temps d’injection et l’angle d’allumage aux conditions de fonctionnement. Le capteur est une sonde de température à coefficient de température négatif. Cela signifie que lorsque la température augmente, la résistance interne diminue.
En fonction de la température du liquide de refroidissement, la résistance de la sonde de température change. Lorsque la température augmente, la résistance diminue ce qui fait baisser la tension au niveau du capteur. Le calculateur analyse ces valeurs de tension, car elles sont en rapport direct avec la température du liquide de refroidissement (des températures basses occasionnent des valeurs de tension élevées et des températures élevées occasionnent des valeurs de tension basses au niveau du capteur).


Le capteur de position papillon indique l’angle d’ouverture du papillon des gaz.
Il est monté sur le collecteur d’admission et convertit la valeur angulaire du papillon en signal électrique proportionnel.
Plus le papillon est ouvert plus la tension du signal augmente.
Le calculateur utilise le capteur de position papillon pour :

  • Définir le mode de fonctionnement du moteur (ralenti, filet de gaz, plein gaz).
  • Déconnecter la climatisation et le contrôle pollution à pleine puissance.
  • Adapter le ratio air/carburant.
  • Adapter l’augmentation de puissance.
  • Effectuer une coupure de carburant (pour éviter les imbrûlés au niveau de l’échappement en décélération sur un modèle essence)


Les Capteurs de vitesse, de point mort haut (vilebrequin ou volant moteur) ou de position d’arbre à came sont placés en général sur une roue dentée (ou une Roue phonique) ou sur des disques avec des fenêtres sectorisées ou des anneaux ferromagnétiques. Ces capteurs détectent les variations de flux magnétique produites par les dents de la roue dentée. Les valeurs produites sont converties en signal électrique et sont envoyées à l’unité de contrôle du moteur qui valide suivant le type du capteur les aspects suivants:
Capteur de position d’arbre de came (Camshaft Position Sensor):
Ce capteur contrôle la séquence d’injection et la synchronisation de l’étincelle d’allumage.


Les Capteurs de Cliquetis évitent l’allumage spontané nocif qui résultant de l’effet de cliquetis.
Les combustions incontrôlées acycliques donnent comme résultat une température élevée à l’intérieur du cylindre. Ce phénomène provoque que pièces de moteur comme des pistons, les vannes ou la culasse se soumettent à un effort sévère.

Le Capteur de Cliquetis est situé sur le bloc moteur afin d’enregistrer les battements causés par l’effet de cliquetis et les transformer en signal électrique.
L’unité de contrôle vérifie le signal avec de valeurs stockées de spécification et intervient pour contrôler le moteur, l’injection de carburant et l’allumage dans la mesure nécessaire, avant que la combustion atteigne la limite de cliquetis.


Quel est le rôle de votre pompe à eau ?

Le rôle de la pompe à eau est de faire circuler le liquide de refroidissement au sein du moteur pour réguler son refroidissement. Quand la pompe à eau est entraînée par la courroie de distribution, elle peut se retrouver vendue au sein de l’ensemble de pièce pompe à eau + kit de courroie de distribution. Car il est fortement recommandé de changer ces deux pièces simultanément. Sinon elle est entraînée par la courroie d’accessoire, sans besoin particulier de changer les deux à la fois.

Quand changer votre pompe à eau ?

Les fuites de liquide et les bruits anormaux sont le signe qu’il faut impérativement changer une pompe à eau. La crasse et les impuretés sont souvent la cause d’une fuite ou de bruits, et peuvent abîmer plusieurs éléments de la pompe à eau. Soit le joint mécanique d’étanchéité est abîmé, la tension de la courroie est anormalement élevée, le palier est cassé.

Pourquoi changer votre pompe à eau ?

Une pompe à eau défectueuse ou cassée entraîne inévitablement une surchauffe du moteur, et une pompe à eau usée ou qui n’est plus étanche et c’est la fuite de liquide assurée. Il convient donc de s’assurer que la pompe à eau reste en bon état pour que le système de refroidissement fonctionne de manière optimale. De même, si vous devez changer la courroie de distribution, la pompe à eau doit également être changée en même temps.


Les systèmes Common Rail sont de conception modulaire. Chaque système se compose d’une pompe à haute pression, d’injecteurs, d’une rampe distributrice (« rail ») et d’un calculateur.

Mode de fonctionnement :

Dans les systèmes d’injection diesel classiques, la pression du carburant doit être générée séparément pour chaque injection. Dans le système Common Rail, en revanche, la génération de pression et l’injection sont des fonctions bien distinctes, ce qui veut dire que le carburant est toujours disponible à la pression requise pour l’injection. La génération de pression se fait au niveau de la pompe à haute pression. Celle-ci comprime le carburant et l’amène, via un conduit haute pression, jusqu’à la rampe, qui agit comme un accumulateur haute pression commun pour tous les injecteurs – d’où le nom de « Common rail » (rampe commune). Le carburant est ensuite distribué aux injecteurs, lesquels injectent à leur tour le carburant dans chaque cylindre.


La pompe à injection fait partie du circuit d’injection qui équipe tous les moteurs à combustible. C’est elle qui assure le transfert du carburant, mais aussi son dosage précis, vers les injecteurs. En amont, la pompe d’alimentation prend le carburant présent dans le réservoir. Ensuite, la pompe à injection produit une pression nécessaire afin de fournir les injecteurs en carburant. Puis, les injecteurs diffusent le carburant sous forme de micro gouttelettes afin d’assurer un bon mélange avec l’air. La quantité de carburant à injecter est définie par le dosage de l’accélération du conducteur.
Plus la pompe à injection offre une pression élevée, plus le diamètre des injecteurs, destinés à la pulvérisation, est réduit. Les circuits d’injection ont fait l’objet de nombreuses innovations dans le secteur automobile. L’injection directe en fait partie, tout comme les systèmes Common Rail. On distingue donc de nombreux systèmes de pompe à injection (haute pression à rampe commune, haute pression à injecteurs…). Les véhicules modernes lancés après 2000 sont majoritairement équipés de pompes à haute pression dotées de systèmes électriques. Ils permettent de mieux doser le carburant transmis aux injecteurs et donc de réduire la consommation.


L’injecteur est un élément important du moteur. Il permet en effet l’apport en carburant vers la chambre de combustion. Cette pièce moteur se situe à l’entrée du cylindre ou dans la tubulure d’admission qui pulvérise ensuite le carburant. Les injecteurs sont fixés sur la culasse, ils sont soit maintenus par bride soit directement vissés. Afin d’assurer une combustion correcte, l’injecteur doit propulser dans le cylindre une quantité suffisante de carburant. Cette pièce moteur assure en même temps l’étanchéité par rapport à la chambre de combustion. En mécanique automobile, il existe différents types d’injecteurs, des injecteurs à trou et des injecteurs à téton. Ces derniers sont moins sensibles à l’encrassement.


La pompe à injection fait partie du circuit d’injection qui équipe tous les moteurs à combustible. C’est elle qui assure le transfert du carburant, mais aussi son dosage précis, vers les injecteurs. En amont, la pompe d’alimentation prend le carburant présent dans le réservoir. Ensuite, la pompe à injection produit une pression nécessaire afin de fournir les injecteurs en carburant. Puis, les injecteurs diffusent le carburant sous forme de micro gouttelettes afin d’assurer un bon mélange avec l’air. La quantité de carburant à injecter est définie par le dosage de l’accélération du conducteur.
Plus la pompe à injection offre une pression élevée, plus le diamètre des injecteurs, destinés à la pulvérisation, est réduit. Les circuits d’injection ont fait l’objet de nombreuses innovations dans le secteur automobile. L’injection directe en fait partie, tout comme les systèmes Common Rail. On distingue donc de nombreux systèmes de pompe à injection (haute pression à rampe commune, haute pression à injecteurs…). Les véhicules modernes lancés après 2000 sont majoritairement équipés de pompes à haute pression dotées de systèmes électriques. Ils permettent de mieux doser le carburant transmis aux injecteurs et donc de réduire la consommation.


L’injecteur-pompe est un système à commande électronique pour l’injection directe diesel. Il est adapté aux voitures et aux véhicules utilitaires légers de 5 l de cylindrée et 312 CV maximum, et a été installé pour la première fois sur des voitures produites en série en 1998.


Caractéristiques techniques : La particularité de l’injecteur-pompe est affectée à chaque cylindre. La pompe et l’injecteur sont donc réunis dans un ensemble compact qui est installé directement dans la culasse. L’injecteur-pompe supporte des pressions d’injection pouvant atteindre 2 050 bars.

Avantages

  • Hautes performances pour des moteurs propres et puissants
  • Puissance moteur élevée pour une consommation de carburant et un niveau d’émissions réduits
  • Haut rendement grâce à un design compact
  • Peu bruyant en raison du montage direct dans le bloc moteur
  • Pressions d’injection pouvant atteindre 2 050 bars, pour un mélange air-carburant optimal


Quel est le rôle de votre triangle de suspension ?

Le triangle de suspension est un élément de sécurité. Fréquemment composé d’un silentbloc de suspension côté carrosserie et d’une rotule de suspension côté porte-fusée, il permet de relier les masses dites « fixes » du véhicule, telles que le chassis, à celles dites « suspendues », comme les trains roulant et les étriers de freins. A l’origine en acier rigide, il se voit de plus en plus remplacé par des pièces moulées en aluminium. Malgré leur légèreté, ces dernières offrent une forte résistance tout en autorisant un mouvement oscillant d’amplitude soigneusement contrôlée.

Quand changer votre triangle de suspension ?

Face à l’effort de conduite, les caoutchoucs des silentblocs et les rotules s’usent peu à peu. Plus rarement, la structure métallique du triangle de suspension peut subir un choc et se tordre. Une trajectoire flottante du véhicule ou un bruit de claquement au passage d’obstacles représente un signal d’alerte. La défectuosité des composants en caoutchouc, sous forme de déchirures ou de craquelures, est visible à l’œil nu.

Pourquoi changer votre triangle de suspension ?

L’inconfort lié à une suspension défaillante oblige le conducteur à un effort constant sur le volant pour compenser la mauvaise trajectoire. Il représente donc un danger potentiel et une fatigue supplémentaire, tout en usant plus rapidement les pneumatiques et la mécanique. Une fois effectué, le remplacement des triangles de suspension se complète fréquemment d’une analyse du parallélisme des roues, afin de s’assurer de la qualité du montage.


Quel est le rôle de votre rotule de direction ?

La rotule de direction est une articulation qui relie le porte-fusée à la crémaillère. Elle a pour rôle d’assurer la rigidité de la direction en fonction de la conduite. La biellette de direction est composée d’une rotule intérieure (rotule axiale) et d’une rotule de direction (extérieure). Elle est vissée sur la crémaillère et permet d’assurer le parallélisme des roues. C’est une pièce de sécurité qui est responsable du comportement des roues directrices et de la qualité/rapidité des réponses face aux changements de direction au même titre que les autres éléments du système de direction.

Quand changer votre rotule de direction ?

Il est conseillé de remplacer la rotule de direction tous les 100 000 kms. En dehors de cette fréquence conventionnelle, la rotule doit être changée dès que des signes d’usure apparaissent : vibrations dans la direction, bruits intempestifs, claquement de la roue, usure irrégulière du pneu, défauts dans la tenue de route, soufflet éventré, jeu latéral, direction imprécise. Un contrôle visuel peut être effectué lorsque les roues sont bien droites, en secouant également chaque rotule de manière à détecter un jeu éventuel.

Pourquoi changer votre rotule de direction ?

Une rotule de direction endommagée peut entraîner une perte de contrôle du véhicule, c’est pourquoi son changement est indispensable dès que des signes d’usure ou de défauts apparaissent. De surcroît, l’usure de la rotule peut entraîner des dommages supplémentaires sur l’équipement, notamment sur les pneus et la direction. Aussi, l’usure des pneus peut être prématurée et irrégulière, tandis qu’il est de plus en plus difficile de maintenir une trajectoire rectiligne lors de la conduite.


Quel est le rôle de votre rotule de suspension ?

La rotule de suspension est responsable de la suspension verticale du véhicule ainsi que de la rotation des roues avant. Attachée à la roue par le porte moyeu (ou porte-fusée), elle assure la suspension côté roue tandis que le silentbloc de suspension fait le lien avec le châssis. Entre les deux, c’est le triangle qui fait l’interface avec plusieurs points de fixation. La rotule est un élément mobile protégé par un soufflet en caoutchouc.

Quand changer votre rotule de suspension ?

Il n’existe pas de préconisations quant au changement d’une rotule de suspension. Des bruits de claquement intempestifs au niveau de la roue (notamment lors de passages sur une bande rugueuse, un ralentisseur ou un revêtement irrégulier) peuvent être le signe d’une rotule en mauvais état. Un contrôle visuel du soufflet (craquelé, percé) indique aussi qu’il est temps de changer de rotule.

Pourquoi changer votre rotule de suspension ?

La rotule de suspension est une pièce de sécurité. Outre la suspension, elle est responsable de la direction de la roue et sa rupture peut entraîner des conséquences graves telles que la perte de contrôle du véhicule voire le détachement de la roue. Abîmée, elle risque également d’accélérer l’usure du pneu.
Aussi connu comme : rotule de pivot


Quel est le rôle de votre silent bloc ?

Le silent bloc est une pièce très importante qui assure la jonction entre le châssis et le triangle de suspension. Il assume trois rôles pour le véhicule, dont deux traient à la sécurité : réduction des nuisances sonores, optimisation de la durée de vie de la mécanique et raccordement des pièces. Sans silent bloc, les risques de rupture de certaines pièces sont démultipliés. Le silent bloc de suspension est composé principalement de caoutchouc qui enveloppe une bride métallique assurant la jonction.

Quand changer votre silent bloc de suspension ?

Un contrôle ou une révision du silent bloc est recommandé tous les 80 000 km environ. Son affaissement ne doit pas être supérieur à 2 ou 3 mm. De fortes vibrations ou des claquements au niveau de la suspension peuvent être le signe d’un silent bloc défaillant. À l’instar de températures excessives, l’huile, le carburant et d’autres liquides peuvent aussi contaminer le caoutchouc et réduire substantiellement son efficacité. Enfin, la partie en caoutchouc peut se déboîter des platines métalliques, ce qui rend le remplacement imminent.

Pourquoi changer votre silent bloc de suspension ?

Le silent bloc est une pièce responsable de la sécurité du véhicule sur deux niveaux. En premier lieu, il permet de raccorder deux pièces de suspension, c’est pourquoi sans lui, la conduite est impossible. Dans un deuxième temps, il évite la rupture de ces mêmes pièces, voire de tous les éléments du système de suspension grâce à son action d’absorption d’énergie.


Quel est le rôle de votre rotule de direction intérieure ?

La rotule intérieure de direction parfois appelée rotule axiale est une pièce mécanique essentielle de la direction d’une automobile. En effet, cette direction est assurée par la biellette de direction qui est le bras qui relie la crémaillère au porte-fusée et est composée de deux pièces principales : la rotule de direction (extérieure) et la rotule intérieure de direction (ou rotule axiale). Si la rotule de direction est reliée au porte-fusée, la rotule intérieure est-elle reliée à la crémaillère et protégée par un soufflet de direction. Ces deux pièces s’articulent ensemble pour assurer le parallélisme des roues du véhicule et ainsi assurer une conduite parfaite des roues du train avant.

Quand changer votre rotule de direction intérieure ?

Une direction inconfortable, flou, surtout bruyante, est signe de défaillance d’une ou plusieurs rotules du système de direction. Il est important de vérifier l’ensemble du système pour déterminer quelles sont les rotules à remplacer, il est parfois nécessaire de retirer le soufflet de protection pour constater l’importance du jeu de la rotule intérieure. Un choc relativement fort d’une roue contre un trottoir peut torde la biellette de direction et dérégler le parallélisme, cela engendre une usure très rapide des pneus ou au pire rend la direction inutilisable.

Pourquoi changer votre rotule de direction intérieure ?

Une biellette de direction doit être remplacée dans deux cas : déformée suite à un choc ou usée par la présence de jeu au niveau de la rotule. Dans ce dernier cas, si le remplacement n’est pas pris à temps, la rupture de la liaison du volant à la roue, se fera sans prévenir.
Aussi connu comme : bras de direction ⋅ rotule axiale ⋅ biellette de direction


Quel est le rôle de votre support moteur ?

Le support moteur permet de maintenir le moteur et la boite de vitesses. Pour une bonne suspension du groupe motopropulseur plusieurs silentblocs sont nécessaires. Les silentblocs ont alors essentiellement pour vocation d’amortir les vibrations et à-coups du moteur et de supporter son poids ainsi que de protéger des résonances le reste du groupe motopropulseur. Les pièces du support moteur telles que les silentblocs et les bras métalliques sont en matière « caoutchouc métal » afin de promouvoir une action tampon entre le support et l’élément supporté.

Quand changer votre support moteur ?

Si l’on constate, à l’ouverture du capot, que le moteur à tendance à bouger lors des oscillations du véhicule, le support moteur est probablement défaillant. En effet son action de maintien ne permet pas, en cas de bon fonctionnement, au groupe motopropulseur de bouger. Si la pièce dont il est question est défectueuse, l’automobiliste pourra ressentir au moment de la conduite de fortes vibrations et entendre des cognements dans le compartiment moteur lors du passage des vitesses. Si les silentblocs sont usés, les vibrations à leur niveau se feront ressentir à tous les régimes de vitesse pendant la conduite.

Pourquoi changer votre support moteur ?

Des supports moteur défectueux permettront au groupe motopropulseur d’osciller à son gré sous le capot. Le moteur et la boite de vitesse ne seront alors plus soutenus et leurs mouvements risqueraient d’endommager les autres pièces attenantes au moteur. Il est donc nécessaire de remplacer ou de réparer un support moteur défaillant au risque d’abîmer ou de casser d’autres pièces présentes aux côtés du groupe motopropulseur. En attendant la réparation ou le remplacement de son support, il est d’avis de ne pas faire jouer son frein moteur et de débrayer au maximum sans rétrograder lorsque l’on souhaite s’arrêter.
Aussi connu comme :tampons moteur ⋅ silent bloc moteur


Quel est le rôle de votre butée d’amortisseur ?

Les butées de suspension sont des éléments mécaniques très sollicitées. En effet, elles font partie intégrante du système de suspension du véhicule et lui assurent un fonctionnement optimal lors de la conduite. Le kit de butée de suspension unitaire se compose d’une semelle d’appui en caoutchouc avec renfort métallique et d’un roulement de butée seulement pour le train avant. Il assure principalement la liaison entre le haut de l’amortisseur et le châssis, permettant aussi d’absorber les chocs transmis par l’ensemble de la suspension.

Quand changer votre butée d’amortisseur ?

Les butées de suspension, au même titre que les autres éléments du système de suspension d’un véhicule, sont fragiles et présentent une durée de vie limitée. Ainsi, selon le véhicule en question, il est nécessaire de remplacer les butées tous les 75 000 et 100 000 km. Outre cette limite de vie, les butées de suspension sont à changer à chaque remplacement d’amortisseurs ou dès qu’elles présentent des signes d’usure. Certains signaux peuvent témoigner de la détérioration des butées tels qu’une direction qui devient dure et bruyante ou un jeu dans le train avant.

Pourquoi changer votre butée d’amortisseur ?

Faisant partie intégrante du système de suspension, des butées défectueuses ou usées auront une action néfaste sur les amortisseurs. La conduire sera alors moins fluide et la direction moins précise. Des butées de suspension neuves et en bon état de marche assurent, entre autres, une amélioration du braquage et une meilleure tenue de route. De même, des butées de fonctionnement optimal garantiront au véhicule une conduite plus douce et plus précise grâce à une réduction des efforts et une diminution des vibrations notamment sur les mauvaises routes. Pour une conduite plus agréable et un système d’amortisseurs en bon état de marche, il est primordial de se surveiller l’état des butées de suspension et de les faire changer rapidement au besoin.
Aussi connu comme : coupelle d’amortisseur ⋅ butée de suspension ⋅ coupelle de suspension


Quel est le rôle de votre courroie ?

C’est une courroie trapézoïdale à nervures qui équipe la plupart des modèles de véhicules. Elle est également appelée « poly-V » et se différencie de l’autre courroie d’accessoires (courroie trapézoïdales) ou de la courroie de distribution. C’est une courroie de transmission qui est actionnée par la force du moteur et entraîne ainsi les différents équipements par un système de poulies, et selon les versions avec des galets tendeur de courroie d’accessoire et/ou galets enrouleur de courroie d’accessoire. Celle-ci permet le bon fonctionnement de la pompe à eau, de l’alternateur, de la pompe de direction assistée, du compresseur de climatisation, …

Quand changer votre ?

Une courroie à nervures doit être changée en cas d’usure ou de bruits anormaux dans le moteur. Comme c’est une courroie d’accessoires, elle a une durée de vie limitée dans le temps et en kilomètres, il faut donc la changer au bout d’un certain temps variable selon le modèle et l’année du véhicule, ainsi que la marque du constructeur. Pas très onéreuse une courroie à nervure, vendue seule ou en kit de courroie d’accessoire (équipé de galets tendeurs et enrouleurs), peut-être souvent changée en même temps que l’ensemble du kit de distribution ou de la pompe à eau.

Pourquoi changer votre?

Une courroie à nervures défaillante et c’est l’ensemble des éléments mécaniques entraînés par la courroie trapézoïdale qui cessent de fonctionner. Selon l’élément mécanique entraîné par cette courroie cela peut être la climatisation qui ne fonctionne plus, la batterie qui se décharge donc un moteur qui ne démarre plus, la direction qui se durcie lorsque la pompe de direction n’est plus emmenée, une surchauffe moteur liée à l’arrêt de la pompe à eau. Dans le pire des cas, les débris liés à l’effilochement de cette courroie peuvent désaxer la courroie de distribution.


Quel est le rôle de votre kit de distribution ?

Le kit de distribution est un ensemble de pièces essentiel du moteur qui a pour rôle de synchroniser les pistons et les soupapes dans le principe de combustion. Il est composé d’au minimum d’un galet tendeur de distribution et/ou d’un galet enrouleur de distribution et de la courroie crantée. Celle-ci entraînée par le vilebrequin, produit l’énergie mécanique tandis que les galets sont les garants de son fonctionnement car ils permettent son enroulement et sa tension. Parfois il entraîne en plus la pompe à eau.

Quand changer votre kit de distribution ?

La fréquence de remplacement d’un kit de distribution est extrêmement variable. La moyenne de remplacement est estimée entre 80 000 et 120 000 km ou entre 4 et 5 ans (la moyenne étant de 100 000 km / 3 ans). Surtout, il est conseillé de remplacer le kit dès que la préconisation constructeur est atteinte car il n’y aucun moyen d’évaluer l’état et l’usure d’un kit au cours de son utilisation.

Pourquoi changer votre kit de distribution ?

Le kit de distribution est non seulement responsable du bon fonctionnement du moteur mais sa défaillance peut provoquer des dommages majeurs. Les pistons peuvent percuter les soupapes et engendrés la destruction du moteur.


Quel est le rôle de votre démarreur ?

Le démarreur est une pièce essentielle de votre voiture. Sans lui, vous ne pourriez tout simplement pas faire tourner votre moteur. Autrefois à ressort ou à air comprimé, il est aujourd’hui électrique. Il fait partir du circuit de démarrage de votre véhicule. Son rôle consiste à lancer le moteur en convertissant l’énergie électrique de la batterie en énergie mécanique. Lorsque vous introduisez la clé de contact dans l’interrupteur (le Neiman) et que vous la faites tourner, vous activez une bobine appelée solénoïde (ou relais de démarreur). Cette bobine alimente le moteur électrique du démarreur et actionne en même temps le pignon d’entrainement du volant moteur qui permet le démarrage du véhicule.

Quand changer votre démarreur ?

Il existe plusieurs indices indiquant la nécessité de le changer. Si vous avez de plus en plus de difficultés à faire tourner le moteur, vous devriez songer à faire vérifier son bon état de fonctionnement. Si vous ne parvenez pas à démarrer, le problème peut venir du démarreur ou de la batterie. Il proviendra de la batterie si rien ne s’allume sur votre tableau de bord ou si l’intensité est anormalement faible. Dans le cas contraire, ce sera certainement le démarreur ou les liaisons électriques qui seront responsables de la panne.

Pourquoi changer votre démarreur ?

Il va sans dire qu’il est nécessaire de changer le démarreur lorsque vous commencez à rencontrer des difficultés à faire tourner votre moteur. Sans quoi vous irez inexorablement vers la panne assurée, peut-être au moment où vous vous y attendrez le moins. Remplacer le démarreur permet par ailleurs de vérifier l’état des connexions électriques, l’étanchéité du moteur et de détecter des fuites à proximité.


Quel est le rôle de votre alternateur ?

Les équipements électriques de votre véhicule tels que le verrouillage centralisé, l’horloge et l’alarme sont alimentés par la batterie lorsque la voiture est à l’arrêt. Cela dit, lorsque votre moteur tourne, c’est l’alternateur qui remplit ce rôle essentiel. En effet, il utilise la force du moteur pour produire du courant et recharger la batterie. C’est grâce à la courroie d’accessoire que l’énergie du moteur est transmise à l’alternateur et à d’autres pièces importantes, par exemple la pompe de direction assistée et le compresseur de climatisation. L’électricité est générée par une bobine de cuivre autour d’un aimant qui tourne grâce à la courroie.

Quand changer votre alternateur ?

Plusieurs signes permettent de savoir que l’alternateur doit être changé, à commencer par le témoin de charge lumineux (symbolisé par une batterie) sur votre tableau de bord. Celui-ci s’allume quand l’énergie produite n’est pas suffisante, vous indiquant qu’il faut le remplacer. Lorsque vous roulez de nuit, une faible intensité du faisceau lumineux de vos phares est un autre signe révélateur. Enfin, si vous avez de plus en plus de difficultés à démarrer, c’est que votre batterie est faible. Cette faiblesse peut être liée à un dysfonctionnement au niveau de l’alternateur.

Pourquoi changer votre alternateur ?

L’alternateur est fondamental car il alimente la batterie. S’il ne fonctionne pas correctement, celle-ci ne se recharge pas bien en électricité. Par conséquent, elle va se vider avec le temps sans que vous ne vous en rendiez compte. Jusqu’au jour où le voyant de batterie s’allumera et que vous vous verrez dans l’impossibilité de démarrer. Pour éviter la panne, faites changer votre alternateur dès les premiers symptômes !


Quel est le rôle de votre kit d’embrayage ?

Le kit d’embrayage se compose d’un mécanisme d’embrayage, d’un disque d’embrayage et parfois d’une butée d’embrayage selon les véhicules. Cet ensemble de pièce est placé entre le moteur et la boîte de vitesse. Il transmet la force du moteur aux roues via la boîte de vitesses. Cet entraînement est rompu lorsqu’on enfonce la pédale lors du changement de rapport. Cette séparation peut être effectuée par deux systèmes : dans un cas par le couple émetteur d’embrayage et un récepteur d’embrayage ou un dispositif de débrayage central, ou dans l’autre cas par un câble d’embrayage uniquement.

Quand changer votre kit d’embrayage ?

Le mécanisme d’embrayage ou plateau serre le disque d’embrayage contre le volant moteur pour transmettre la puissance moteur à la boîte de vitesses, et le disque d’embrayage ou disque garni a pour rôle de pallier les vibrations du moteur avec un système de ressorts pour amortir les à-coups. La butée d’embrayage comprime alors le diaphragme afin de libérer le disque et est équipée de roulements pour limiter les frictions. Les roues motrices reçoivent la puissance du moteur transmise sur l’embrayage par le volant moteur en passant par la boîte de vitesses.

Pourquoi changer votre kit d’embrayage ?

Un kit d’embrayage doit être changé environ tous les 150 000 kilomètres, selon le type et l’environnement de conduite. Les signes symptomatiques d’un embrayage usé sont une pédale dure et une sensation que l’embrayage patine, ainsi qu’une odeur d’huile brûlée. À force de débrayer la garniture du disque d’embrayage s’use et le diaphragme ne peut plus assurer de pression pour accoupler le volant moteur au disque, c’est alors la panne assurée. Il faut alors changer le kit d’embrayage soit le disque, le plateau et la butée, sous peine d’endommager l’ensemble de la boîte de vitesses et du système d’embrayage. En effet, un embrayage défectueux ou usé ne transmet plus de couple et de puissance du moteur à la boîte, rendant ainsi tout changement de rapports laborieux voire impossible.


Quel est le rôle de vos disques de frein ?

Le disque de frein est un élément directement monté sur le moyeu de la roue et est responsable du freinage par son frottement avec les plaquettes. Ce système est actionné par l’étrier, et se distingue du frein à tambour par son efficacité. Le disque exerce une action graduelle sur l’axe de la roue en fonction de pression hydraulique transmise sur le ou les pistons de l’étrier par la pédale de frein. Il peut être plein, ventilé ou percé. Ces différentes conceptions, permettent une ventilation plus ou moins efficace afin d’éviter la surchauffe. Sa composition varie de la fonte (acier) au carbone en passant par la céramique et l’acier inoxydable.

Quand changer vos disques de frein ?

Selon la qualité du disque et de nombreux facteurs tels que le type de route, le style de conduite et le poids du véhicule, la durée de vie d’un disque de frein se situe entre 30 000 et 130 000 km. Lorsque le disque est usé (épaisseur diminuée de 1 à 1,5 mm), voilé ou cassé, son remplacement est indispensable. Pour évaluer le degré d’usure d’un disque, il est recommandé d’utiliser un palmer ou un pied à coulisse.

Pourquoi changer vos disques de frein ?

La qualité du freinage est indispensable pour une conduite en toute sécurité. Le remplacement du disque de frein est étroitement lié à celui des plaquettes, qui sont sans cesse susceptibles de le détériorer. Le poids croissant des véhicules du parc automobile actuel tend enfin à provoquer une usure précoce et plus importante, c’est pourquoi les disques de frein peuvent voir leur durée de vie s’amenuiser.


Quel est le rôle des plaquettes de frein ?

Les plaquettes de frein sont des pièces cruciales pour votre sécurité. Lorsque vous freinez, les plaquettes avant entrent en contact direct avec le disque de frein via l’étrier. Elles créent des frictions sur le disque en le pinçant, évitent leur rotation, bloquent les roues, et entraînent le ralentissement ou l’arrêt total du véhicule. Les plaquettes comportent une garniture et un support métallique. La plupart des voitures nécessitent 2 plaquettes par disque de frein, soit un total de 8 plaquettes (4 à l’avant et 4 à l’arrière). Certains modèles possèdent un plus grand nombre de plaquettes. Leur forme et leur taille peuvent varier selon la marque.

Quand changer vos plaquettes de frein ?

Les constructeurs préconisent une révision des plaquettes de frein tous les 2 ans ou entre 20 000 km et 30 000 km, en fonction de l’environnement dans lequel vous évoluez habituellement. La conduite en ville implique des freinages plus nombreux et plus intenses, par conséquent une usure plus rapide. La plupart des voitures sont désormais équipées d’un témoin qui s’allume lorsqu’elles ont atteint une usure importante qui réduit la taille de la garniture mais n’altère pas encore leur efficacité, ce qui vous indique qu’il faut les remplacer. L’allumage du témoin du niveau du liquide de frein peut aussi être un signe révélateur d’usure des plaquettes.

Pourquoi changer vos plaquettes de frein ?

Respecter le délai de changement des plaquettes permet d’assurer un freinage de qualité et de protéger vos disques de frein. Si vous dépassez ce niveau d’usure maximum, la garniture disparaîtra et le support métallique des plaquettes entrera en contact direct avec le disque et le rayera. Ce dysfonctionnement va considérablement réduire l’efficacité du freinage et va par ailleurs entraîner le remplacement des disques.


Quel est le rôle des plaquettes de frein ?

Les plaquettes de frein sont des pièces cruciales pour votre sécurité. Lorsque vous freinez, les plaquettes avant entrent en contact direct avec le disque de frein via l’étrier. Elles créent des frictions sur le disque en le pinçant, évitent leur rotation, bloquent les roues, et entraînent le ralentissement ou l’arrêt total du véhicule. Les plaquettes comportent une garniture et un support métallique. La plupart des voitures nécessitent 2 plaquettes par disque de frein, soit un total de 8 plaquettes (4 à l’avant et 4 à l’arrière). Certains modèles possèdent un plus grand nombre de plaquettes. Leur forme et leur taille peuvent varier selon la marque.

Quand changer vos plaquettes de frein ?

Les constructeurs préconisent une révision des plaquettes de frein tous les 2 ans ou entre 20 000 km et 30 000 km, en fonction de l’environnement dans lequel vous évoluez habituellement. La conduite en ville implique des freinages plus nombreux et plus intenses, par conséquent une usure plus rapide. La plupart des voitures sont désormais équipées d’un témoin qui s’allume lorsqu’elles ont atteint une usure importante qui réduit la taille de la garniture mais n’altère pas encore leur efficacité, ce qui vous indique qu’il faut les remplacer. L’allumage du témoin du niveau du liquide de frein peut aussi être un signe révélateur d’usure des plaquettes.

Pourquoi changer vos plaquettes de frein ?

Respecter le délai de changement des plaquettes permet d’assurer un freinage de qualité et de protéger vos disques de frein. Si vous dépassez ce niveau d’usure maximum, la garniture disparaîtra et le support métallique des plaquettes entrera en contact direct avec le disque et le rayera. Ce dysfonctionnement va considérablement réduire l’efficacité du freinage et va par ailleurs entraîner le remplacement des disques.


Le liquide de refroidissement joue un rôle majeur dans le fonctionnement d’un véhicule. Son niveau doit toujours se situer entre le seuil minimal et maximal. Permettant de conserver le moteur à une température constante, le liquide de refroidissement est essentiel pour garantir son bon fonctionnement et une longévité accrue. Grâce à lui, le moteur du véhicule est protégé contre la surchauffe et le gel.
Le principal rôle du liquide de refroidissement est de maintenir la température du moteur à 100°C pour éviter une surchauffe en été et servir d’antigel en hiver. En outre, il permet de prévenir la corrosion mutuelle causée par l’électrolyse ou échange d’électrons entre deux métaux différents. Comme le moteur est conçu en alliage d’aluminium, de cuivre, de fonte, d’acier et de magnésium, ce phénomène altère considérablement sa longévité.
Les propriétés de protection du liquide de refroidissement sont dues à la présence d’additifs dans sa composition. Il faut noter toutefois que ces additifs s’épuisent avec le temps, avec comme conséquence de ne plus faire effet. Afin d’y remédier, il est indispensable de vérifier la conductivité du liquide de refroidissement (en utilisant un multimètre numérique). Si cette dernière est élevée, une vidange doit être réalisée.


Le liquide de lave-glace ou liquide lave-glace est un mélange à base d’eau pour le nettoyage du pare-brise des véhicules utilisant un système de lave-glace. Il peut aussi être employé sur les lunettes arrière des véhicules à hayon ou sur les phares.
Habituellement, en tirant sur la poignée des essuie-glaces, le liquide est pulvérisé sur le pare-brise, après quoi les essuie-glaces effectuent un certain nombre de tours pour l’enlever à nouveau et ainsi éliminer la saleté du pare-brise.
Il existe deux types de lave-glace:

  • Une variante pour l’été, avec des additifs anti-insectes. La variante estivale est généralement rose, rouge ou jaune.
  • Une variante pour l’hiver, qui contient de l’antigel pour éviter de geler dans le réservoir lorsque la température descend en dessous de zéro et pour aider à maintenir le pare-brise exempt de toute humidité. La variante d’hiver est généralement de couleur bleu.


Qu’est-ce que l’AdBlue ?

L’AdBlue est une solution d’une très grande pureté, spécialement développée pour les moteurs diesel équipés d’un système de réduction catalytique sélective (SRC). Cette technologie répond aux normes d’émissions de gaz d’échappement Euro 4 et 5. Elle a été mise en place en 2005 par les constructeurs de poids-lourds. La technologie SCR convertit les oxydes d’azote en vapeur d’eau et en azote inoffensif grâce à l’utilisation d’un additif : l’AdBlue, pour préserver l’environnement et contrecarrer la taxe diesel imposée par le gouvernement.
L’AdBlue se compose principalement d’eau déminéralisée et d’urée. Il est injecté aux gaz d’échappement et il permet de réduire les émissions d’oxydes d’azote (NOx), et de se conformer ainsi aux normes Euro jusqu’au niveau 6, pour la réduction des émissions polluantes.

Comment fonctionne l’AdBlue ?

L’AdBlue produit une réaction chimique lorsqu’il est injecté aux gaz d’échappement, à l’intérieur du catalyseur d’un moteur diesel qui permet de réduire significativement les émissions polluantes des gaz d’échappement. Les gaz d’échappement non traités contiennent des oxydes d’azote (NOx), qui sont polluants atmosphériques dangereux. L’AdBlue contient de l’urée. À de hautes températures, l’injection d’urée aux gaz d’échappement provoque la formation d’ammoniaque. Ceci engendre une réaction chimique qui décompose tous les oxydes d’azote (NOx) toxiques en vapeur d’eau (H2O) et en azote (N) inoffensifs pour l’environnement.

Quels sont les véhicules concernés par l’AdBlue ?

La technologie SCR et l’utilisation de l’AdBlue sont de plus en plus communes dans tous les types de véhicules : 4×4, camping-cars, minibus, monospaces et voitures. Ainsi, Renault, Peugeot, Citroën, Volkswagen, Audi, BMW, Mercedes Benz, GM / Opel, Ford, Toyota ou Mazda proposent certains de leur modèle équipés d’origine en AdBlue.

Laorem ipsum


Le shampoing voiture est un produit qui nettoie efficacement la carrosserie de tous les véhicules. En règle générale, le shampoing pour la voiture est :

    Décrassant : il permet de laver en profondeur toute partie de la carrosserie. Il élimine facilement les saletés, les résidus de pollution, les insectes collés, le goudron, etc.
  • Lubrifiant : il contient des agents qui font briller.
  • Protecteur : il est conçu pour protéger la carrosserie grâce à son effet déperlant. L’eau s’écoule sans laisser de traces.

Il existe toutes sortes de variétés de shampoings pour voiture. Ils contiennent généralement :

  • De la cire pour renforcer la brillance ;
  • Un liquide concentré à base d’agent moussant.

Le shampoing voiture se présente sous plusieurs formes et contenances, à savoir en bidon, en flacon, en contenant à pistolet pulvérisateur.


Quel est le rôle de votre vanne egr ?

La Vanne EGR (Exhaustgas recirculation) a pour rôle de diminuer les émissions d’oxydes d’azote. Elle est située entre le collecteur d’admission et le collecteur d’échappement. Elle est constituée d’un clapet et d’un diaphragme faisant recirculer les gaz d’échappement entrant dans le circuit d’admission. Le principe est de diminuer la proportion d’oxygène afin de ralentir la vitesse de combustion, et donc l’émission d’oxyde d’azote responsable de la pollution atmosphérique de l’ozone.

Quand changer votre vanne egr ?

La vanne EGR n’est pas susceptible d’être remplacée, d’autant qu’elle est accessible et à surtout besoin d’être nettoyée. En effet, son principe est de limiter l’émission d’oxyde d’azote par une recirculation dans le circuit d’admission. Ce confinement augmente la production de particules. De la suie et de la crasse peuvent ainsi s’accumuler et la bloquer en position ouverte ou fermée. De la fumée noire sortant de l’échappement peut indiquer une position ouverte car la surutilisation de la vanne entraine une surproduction de particules et de suie. En position fermée, elle ne fonctionne plus et le voyant anti-pollution peut s’allumer. Enfin, une vanne qui fonctionne sera inéluctablement de plus en plus encrassée. Le moteur sera obstrué, ce qui entraîne une perte de puissance et une surconsommation de carburant.

Pourquoi changer votre vanne egr ?

La vanne EGR est importante au niveau du confort, de la sécurité et de la consommation de carburant. Une Vanne EGR bloquée ou encrassée peut notamment faire l’objet d’une contre-visite obligatoire au contrôle technique et entrainer une perte de puissance, ce qui est ultimement dangereux dans les dépassements.


Quel est le rôle de votre corps papillon ?

Monté entre le filtre à air et le collecteur d’admission de votre moteur, le corps papillon sert à réguler le flux d’air nécessaire à la combustion du carburant. Son principe est celui d’un volet pivotant qui s’ouvre plus ou moins pour laisser passer l’air. Selon l’âge et le type de votre voiture, il peut être relié mécaniquement à la pédale d’accélérateur, ou bien motorisé et activé via un potentiomètre solidaire de la pédale. Sur les voitures équipées, il est piloté par le calculateur d’injection en fonction des données fournies par divers capteurs.

Quand changer votre corps papillon ?

Le corps papillon n’est pas à proprement parler une pièce d’usure. Cependant, avec le temps et en fonction de ses caractéristiques plus ou moins complexes, il peut être amené à des dysfonctionnements mécaniques (le papillon ne réagit plus avec la fluidité nécessaire), électriques (son moteur peut tomber en panne), ou électroniques. Dans tous les cas, les paramètres de combustion de votre véhicule seront perturbés.

Pourquoi changer votre corps papillon ?

La défaillance d’un corps papillon aura des conséquences immédiates sur le fonctionnement de votre moteur. Le dosage en temps réel du flux d’air n’étant plus assuré, le mélange air/gaz dans les chambres de combustion sera inapproprié. Votre voiture ne répondra plus correctement à vos sollicitations. Ralenti instable, accélérations aléatoires, moteur qui s’étouffe et autres dysfonctionnements de plus en plus fréquents vous conduiront inéluctablement à la panne définitive.
Aussi connu comme :boîtier papillon d’admission


Quel est le rôle de votre débitmètre de masse d’air ?

Le rôle du débitmètre de masse d’air de votre véhicule, implanté en sortie de filtre à air, est d’effectuer en permanence des mesures précises du flux d’air reçu par le moteur. Aucune correction n’est requise quelle que soit la densité de l’air liée aux variations de température ou d’altitude. Ces mesures sont transmises en temps réel au calculateur d’injection, lequel adapte en continu les paramètres d’injection de carburant. Le mélange air/carburant est donc optimal à tout moment et en toutes conditions, pour des performances constantes du moteur et une consommation minimale.

Quand changer votre débitmètre de masse d’air ?

Hormis le signalement par voyant au tableau de bord, un débitmètre de masse d’air défectueux aura pour symptômes un ralenti instable, une diminution de la puissance, des ratés, une surconsommation de carburant, le rejet de fumées inhabituelles et des calages répétés. Ce dysfonctionnement, le plus souvent, est dû à un encrassement progressif. Le débitmètre étant très fragile et donc difficile à nettoyer, la meilleure solution est de le remplacer.

Pourquoi changer votre débitmètre de masse d’air ?

Quelle que soit la raison de son dysfonctionnement, le débitmètre de masse d’air envoie des mesures erronées au calculateur d’injection. Il en résulte de mauvais paramètres d’injection et une régulation déficiente du mélange entre l’air et les gaz de carburant. Hormis la surconsommation et la baisse de performances de votre véhicule, s’ajoute à terme un risque important de surchauffe et de dommages au catalyseur.


Quel est le rôle de votre sonde lambda ?

La sonde lambda est le garant du bon mélange air-essence qui se produit sur les véhicules essence. Présente sur les grosses cylindrées depuis le début des années 1990, puis obligatoire sur toutes les voitures depuis 1994. Elles se situent sur le système d’échappement, en amont et en aval du catalyseur. Son rôle consiste à mesurer la teneur en oxygène des gaz issus de la combustion. Autrement dit, elle est chargée de veiller à ce que le mélange air-essence soit optimal. Cet équilibre est important pour réduire la consommation et les émissions. Par ailleurs, elle assure le respect des réglementations antipollution.

Quand changer votre sonde lambda ?

La sonde lambda doit être contrôlée environ tous les 80 000 km. Cela dit, il peut s’avérer nécessaire de la remplacer plus tôt, par exemple en cas d’imbrûlés résultant de ratés d’allumage. Un moteur mal entretenu peut aussi conduire à la changer prématurément. Si vous constatez des à-coups moteur ou que le voyant « défaut gestion moteur s’allume », vous devriez songer à la faire vérifier au plus vite.

Pourquoi changer votre sonde lambda ?

Le rôle de la sonde lambda consiste à assurer un bon mélange air-essence. Si celle-ci devient défectueuse, le bon mélange n’est plus garanti. Les conséquences ne tarderont guère à se faire sentir : les à-coups moteur deviendront de plus en plus fréquents, votre voiture consommera davantage et les émissions augmenteront. Si les émissions de votre véhicule sont plus élevées que celles fixées par la loi, vous risquez d’être sanctionné par une amende.
Aussi connu comme:sonde à oxygène


La fonction d’un contacteur de feux stop est d’allumer les feux stop à l’arrière du véhicule.
Ces feux avertissent le conducteur de la voiture qui suit que le véhicule devant lui est en train de freiner, ce qui peut provoquer une situation dangereuse.
Il en existe trois catégories:

  • Les contacteurs de feux stop mécaniques.
  • Les contacteurs de feux stop hydrauliques.
  • Les contacteurs de feux stop pneumatiques.

Cause de Panne : Il faut vérifier le boîtier, le connecteur et les câbles, pour s’assurer de leur bon état.
Inspecter le contacteur à la recherche de fissures, déformations ou chocs qui auraient pu l’endommager.
En règle générale, un contrôle de visu ne suffit pas à s’assurer du bon fonctionnement de la pièce, mais peut aider à formuler un diagnostic initial.
1. Fissures ou cassures. Tensions dues à une contrainte mécanique.
2. Déformations. Surchauffe du contacteur.
3. Fonctionnement défectueux. Mauvais raccordement à la pédale de frein.
4. Pas de signal. Câble sectionné par friction ou vibrations excessives, court-circuit, fissures internes du contacteur dues aux contraintes mécaniques ou thermiques.


Le contacteur de feux de recul est un petit interrupteur interne qui enclenche les feux de marche arrière lorsque l’on passe en marche arrière. Contrairement aux phares et aux clignotants, le contacteur de feux de recul est activé automatiquement sans intervention de la part du conducteur. Le contacteur de feux de recul devient très rarement défaillant et est facile à remplacer.
Le contacteur de feux de recul peut être installé à différents endroits dans la voiture. Il doit être automatiquement activé dès que la marche arrière est enclenchée. Sur de nombreux modèles, il est situé sur la boîte de vitesses ; sur d’autres voitures, il est installé sur la timonerie de changement de vitesse. Le manuel de réparation de la voiture fournit les informations nécessaires pour localiser exactement le contacteur. Le contacteur de feux de recul est connecté au harnais de connexion du véhicule par deux câbles. Des sources de défaillances peuvent apparaître au niveau du câblage et des cosses des câbles ; vérifiez donc leur état avant de vous lancer dans un remplacement intégral du contacteur.


La sonde à thermistance active l’unité de commande pour signaler une surchauffe du moteur ou un accroissement inhabituel de la température.
En fonction des constructeurs automobiles, elle est généralement installée près du moteur au niveau de la partie haute d’un cylindre ou du thermostat.
La sonde mesure la température du liquide de refroidissement et envoie les informations à l’ECU qui contrôle la vitesse et la rotation du groupe moto ventilateur.
Certains véhicules sont équipés de deux sondes, une pour envoyer les informations provenant du système du moteur à l’unité de commande et une autre entre l’unité de commande et le tableau de bord.
La sonde à thermistance est peut-être endommagée si :

  • la consommation de carburant du véhicule augmente,
  • le véhicule émet une fumée noire,
  • votre moteur surchauffe fréquemment.

Cela peut indiquer que la sonde du véhicule est défectueuse et doit être remplacée.


Qu’est-ce qu’un thermocontact du ventilateur ?

Le thermocontact de ventilateur est un élément du circuit de refroidissement permettant de réguler la température du moteur afin de lui permettre un fonctionnement optimal. Il est chargé d’anticiper la hausse de température du liquide de refroidissement afin d’éviter la surchauffe de votre moteur.

Fonctionnement du thermocontact du ventilateur :

Il s’agit d’une sonde qui, mise en contact avec le liquide de refroidissement, va commander la mise en route ou l’arrêt du ventilateur du moteur auquel elle est électriquement connectée. Quand la température du liquide atteint un seuil prédéfini, le thermocontact déclenche la rotation du ventilateur, puis l’arrête lorsque le liquide est suffisamment refroidi. Il est généralement situé à la base du radiateur. Certains thermocontacts sont à doubles commandes. La première commande déclenche la première vitesse du ventilateur quand la température du liquide est aux environs de 90°C, tandis que la deuxième vitesse est enclenchée lorsque la température atteint 100°C. Le déclenchement du ventilateur doit se faire en accord avec le fonctionnement du thermostat qui commande la circulation du liquide de refroidissement dans le circuit.
Quand changer le thermocontact du ventilateur ?Pour éviter la surchauffe de votre moteur, lorsque le contacteur du ventilateur est hors-service, le ventilateur ne se déclenchera pas en temps voulu. Vous risquez alors de perdre quelques durits et, dans le pire des cas, le joint de culasse, entraînant la casse du moteur.
Le contacteur peut également être alimenté en permanence. Dans ce cas, le ventilateur fonctionnera en continue et votre moteur aura du mal à monter en température, ce qui pourra entraîner une hausse de la consommation de carburant.


Sa fonction est d’indiquer la pression de l’huile du moteur.

Lorsque le niveau d’huile moteur est insuffisant, le manocontact ouvre ou ferme un circuit électrique, ce qui allume un voyant d’avertissement dans le combiné du tableau de bord.

Chaque pièce numérotée est calibrée à une pression de déclenchement spécifique.


L’actuateur de ralenti est une valve by-pass, elle se compose d’un boîtier moule fermé avec unité servoassistée d’électrovanne bridée. Un porte-injecteur y est fixé. Il libère différentes sections d’air en déplaçant l’unité servoassistée et commande ainsi le courant massique d’air lorsque la vanne papillon est fermée.

L’actuateur de ralenti sert à réguler le régime du moteur dans le cadre de l’ensemble de la régulation du ralenti du système de gestion du moteur. Lorsque l’état de charge du moteur se modifie brusquement lors du ralenti (p. ex. lors de la mise en marche de la climatisation, vitesse tout terrain en première vitesse ou une mise en marche supplémentaire d’un consommateur électrique), de l’air et du carburant supplémentaires sont requis pour éviter l’arrêt du moteur. Si le régime moteur passe en dessous d’une telle valeur critique sauvegardée en tant que constante dans la mémoire du calculateur, l’électrovanne est activée pour atteinte un débit d’air plus élevé. En même temps, la durée d’ouverture des injecteurs est prolongée et adaptée aux besoins du moteur.


L’électrovanne purge canister est située entre le canister et le boîtier papillon.
Cette électrovanne est alimentée en 12 volts, elle est pilotée par le calculateur contrôle moteur, l’électrovanne permet le recyclage des vapeurs de carburant contenues dans le réservoir canister, et ce, en fonction des conditions d’utilisation moteur.
Ce type d’électrovanne permet de respecter la norme d’environnement SHED (SealedHousing for Evaporation Detremination) Etanchéité de contrôle d’évaporation.
Cette norme vise à limiter le taux d’émission des vapeurs de carburant dans l’atmosphère, véhicule l’arrêt.
Le recyclage des vapeurs de carburant, contenues dans le canister, s’effectue en aval du papillon.


Un dessiccateur d’air est un équipement technique qui est utilisé pour réduire le taux d’humidité absolue de l’air comprimé en réduisant la teneur en vapeur d’eau1. Ceci permet d’éviter les problèmes liés à l’eau condensée ou à la corrosion dans un réseau d’air comprimé. Les sécheurs d’air ambiant sont généralement appelés déshumidificateurs.


Quel est le rôle de votre filtre à air ?

Le filtre à air est essentiel dans la mesure où il remplit dans une voiture le rôle que remplissent les poumons dans l’organisme. Il permet d’éviter que des insectes ou des particules des gaz d’échappement présentes dans l’air, telles que des grains de sable ou des poussières abrasives, ne parviennent jusqu’au moteur. Placé devant l’admission d’air du moteur et protégé par une boîte parfaitement étanche, c’est le garant de la respiration de votre véhicule car il assure un bon mélange entre l’air et le carburant au niveau des cylindres. Il peut se présenter sous la forme de cylindre ou de rectangle.

Quand changer votre filtre à air ?

La fréquence varie selon l’usage du véhicule. En général, on recommande de changer son filtre à air tous les 20 000 km ou une fois par an. Néanmoins, mieux vaut suivre les conseils experts des constructeurs. Si vous sentez que votre voiture a du mal à accélérer, qu’elle manque de reprise ou que vous remarquez que votre fumée d’échappement est anormalement noire, n’hésitez pas à la faire réviser.

Pourquoi changer votre filtre à air ?

L’accumulation des grosses particules dans un filtre à air usé conduit à son obstruction, ce qui aura un impact direct sur votre conduite et sur l’environnement. Un filtre bouché engendre une baisse de l’accélération, une surconsommation et une augmentation de la pollution. Dans les cas les plus graves, il peut ruiner votre moteur. En le changeant régulièrement, vous garantissez un flux d’air optimal dans les conduits internes du moteur.


Quel est le rôle de votre filtre à carburant ?

Le filtre à carburant est une pièce importante et nécessaire à la longévité de votre moteur car il contribue à lutter contre son principal ennemi : la saleté. Il empêche les particules et autres impuretés du réservoir de parvenir jusqu’au circuit d’alimentation. Il évite également que l’eau ne gagne les injecteurs et par conséquent le système d’injection lorsque se produit un phénomène de condensation. En protégeant le moteur, le filtre allonge sa durée de vie, évite une usure prématurée et une surconsommation de carburant. Il existe différents types de filtres. Certains ne se limitent pas uniquement à la filtration, ils régulent aussi la pression et la température. Selon les modèles, ils se placent au niveau du moteur ou sous le véhicule, au niveau des roues arrière.

Quand changer votre filtre à carburant ?

En général, les experts en entretien de véhicules recommandent de changer le filtre à carburant une fois par an ou entre 15 000 et 20 000 km selon les cas, ou jusqu’à 60 000 km pour les moteurs essence. Cependant, certains signes peuvent vous indiquer qu’il est temps de le changer. Si vous sentez des à-coups plus ou moins réguliers, que vous avez des difficultés au démarrage ou l’impression que le moteur peine davantage, mieux vaut le remplacer sans attendre plus longtemps.

Pourquoi changer votre filtre à carburant ?

Le filtre à carburant évite les dangers potentiels provoqués par le carburant, à savoir l’atteinte du moteur résultant de l’accumulation d’impuretés. Un moteur encrassé est un moteur malade. Si le filtre ne remplit pas sa fonction efficacement, votre véhicule présentera des symptômes plus ou moins graves : surconsommation, pollution, moteur moins performant. Dans le cas des moteurs diesel, il empêche que l’eau ne se mêle au carburant, ce qui pourrait conduire à la destruction d’organes onéreux en périphérie du moteur.


Quel est le rôle de votre filtre à huile ?

Le filtre à huile est une pièce très importante pour la durée de vie de votre moteur, c’est pourquoi il ne faut pas le négliger. Il permet de garantir la pureté de l’huile de moteur et de réduire les frictions. Il filtre les particules métalliques, les poussières et les résidus émis par la combustion. Si les impuretés s’accumulent dans l’huile du moteur, celui-ci va s’encrasser. Les dommages provoqués peuvent s’avérer irréversibles. Il se présente sous forme de cartouche filtrante qui se place soit directement au niveau du moteur, soit à l’intérieur d’un boîtier prévu à cet effet.

Quand changer votre filtre à huile ?

Il est recommandé de changer son filtre à chaque vidange ou tous les 20 000 km en moyenne, selon les préconisations du constructeur. Néanmoins, le changement peut être effectué entre 10 000 et 30 000 km selon le type de moteur, essence ou diesel. Outre le type de moteur, la fréquence de changement doit prendre en compte le type de conduite. Par exemple, une conduite sportive vous amènera à changer votre filtre plus souvent.

Pourquoi changer votre filtre à huile ?

En évitant que les particules ou les résidus de combustion ne gagnent l’huile de votre moteur, le filtre à huile garantit un fonctionnement optimal et durable de votre moteur. Il est important de le changer car il peut se boucher ou dégrader la lubrification. Une huile qui n’est plus filtrée provoque une usure précoce de votre moteur, jusqu’à 30 fois plus rapide qu’une usure normale.


Quel est le rôle de votre filtre d’habitacle ?

Le filtre d’habitacle, intégré au circuit de ventilation/chauffage ou de climatisation de votre voiture, a pour fonction de filtrer l’air extérieur avant qu’il ne pénètre dans l’habitacle. Les modèles les plus courants, dits filtres à pollen, retiennent simplement les poussières et autres particules indésirables. Un filtre plus perfectionné, à charbon actif, atténuera également le passage des gaz polluants et des odeurs. Traité au polyphénol, il neutralisera davantage les allergènes. Selon le type de votre véhicule, le filtre est accessible par l’habitacle (souvent derrière la boîte à gants), ou bien par le compartiment moteur.

Quand changer votre filtre d’habitacle ?

Certains constructeurs préconisent un remplacement du filtre d’habitacle tous les 15000 km ou chaque année. Des conditions de circulation majoritairement urbaines accéléreront généralement son encrassement, lequel se traduira le plus souvent par des odeurs désagréables dans l’habitacle au lancement de la ventilation. Celle-ci sera moins efficace, ainsi que votre climatisation si vous en êtes équipé. Tous ces signes doivent vous inciter au contrôle du filtre et à son éventuel renouvellement.

Pourquoi changer votre filtre d’habitacle ?

L’encrassement de votre filtre à pollen ou à charbon actif diminue progressivement le flux d’air apporté par la ventilation. Le désembuage, notamment, sera moins efficace, au préjudice de la visibilité. Il y aura en outre prolifération de bactéries et de moisissures dans le circuit, responsables de mauvaises odeurs dans l’habitacle et de réactions allergiques. Un filtre obstrué peut également provoquer à terme des dommages importants sur votre système de ventilation en créant une sorte de bouchon n’alimentant plus le pulseur de chauffage.


Le filtre a gasoil est Installé sur les véhicules diesel, a pour rôle de filtrer non seulement les impuretés mais aussi l’eau produite par la condensation de l’air dans le réservoir. Il est donc primordial de changer de filtre à gasoil régulièrement.
Si des impuretés passent dans la pompe mécanique d’injection installée sur les moteurs diesel, les soucis engendrés peuvent être conséquents compte tenu de la fragilité de cette pièce. Remplacer son filtre à gasoil régulièrement est donc recommandé.
Il est nécessaire d’enlever l’eau présente dans le filtre tous les 7 500 km et de procéder au changement de filtre à gasoil tous les 20 000 km. Réalisé de façon régulière, le remplacement de filtre à gasoil contribue au bon fonctionnement de votre véhicule.